Einstein

Tout le monde est un génie, mais si vous jugez un poisson par sa capacité à grimper à un arbre, il va passer sa vie entière à croire qu'il est stupide.

William Butler Yeats

HAD I the heavens' embroidered cloths,
Enwrought with golden and silver light,
The blue and the dim and the dark cloths
Of night and light and the half-light,
I would spread the cloths under your feet:
But I, being poor, have only my dreams;
I have spread my dreams under your feet;
Tread softly because you tread on my dreams.

Lincoln

The dogmas of the quiet past, are inadequate to the stormy present. 
The occasion is piled high with difficulty, and we must rise -- with the occasion. 
As our case is new, so we must think anew, and act anew. 
We must disenthrall ourselves, and then we shall save our country.

Les dogmes du passé serein sont inadéquat pour le présent tempétueux.
Les circonstances voient les difficultés s'accumuler et nous devons nous élever avec les circonstances. 
Comme notre cas est nouveau, nous devons penser et agir de manière nouvelle. 
Nous devons nous désengager de nos liens et alors nous sauverons notre pays.

"L'education en un sens sépare bien les gens de leurs talents naturels, Nous n'avons pas besoin d'une evolution mais d'une revolution de l'education"














ted

EXIT




























EXIT, VERSION COURTE | Ouverture de la ‪#‎COP21
EXIT est présentée par la Fondation Cartier au Palais de Tokyo jusqu’au 10 janvier 2016

film

ces "barbares" qui veulent changer le monde












Ils ont créé une start-up, travaillent en free lance, sont cadres dans un grand groupe. Ils ont une ambition commune: inventer de nouveaux modèles d'entreprise, d'associations, de travail collaboratif. Ils se sont retrouvés à l'Archipel. Découvrez-les !


source
facebook

Manifeste convivialiste, Declaration d’interdependance
























Un autre monde est non seulement possible, il est absolument nécessaire.
Mais comment dessiner ses contours et le penser ?
Jamais l’humanité n’a disposé d’autant de ressources matérielles et de compétences techniques et scientifiques. Prise dans sa globalité, elle est riche et puissante comme personne dans les siècles passés n’aurait pu l’imaginer. Rien ne prouve qu’elle en soit plus heureuse. Mais nul ne désire revenir en arrière, car chacun sent bien que de plus en plus de potentialités nouvelles d’accomplissement personnel et collectif s’ouvrent chaque jour.
Pourtant, à l’inverse, personne non plus ne peut croire que cette accumulation de puissance puisse se poursuivre indéfiniment, telle quelle, dans une logique de progrès technique inchangée, sans se retourner contre elle-même et sans menacer la survie physique et morale de l’humanité. Les premières menaces qui nous assaillent sont d’ordre matériel, technique, écologique et économique. Des menaces entropiques. Mais nous sommes beaucoup plus impuissants à ne serait-ce qu’imaginer des réponses au second type de menaces. Aux menaces d’ordre moral et politique. À ces menaces qu’on pourrait qualifier d’anthropiques.

Cittaslow - On prend le temps de faire les choses de manière qualitative

















Une image idéalisée d'un passé pas si lointain... Les Cités du Bien-vivre sont toujours d'actualité.. Mais autrement !
« Le mouvement Cittaslow cherche à concilier modernité et humanité,  Préserver le patrimoine et la nature, mais sans rester figé dans le passé. Nous ne voulons pas transformer notre village en musée ». Sylvie Floris

Né en 1999, ce mouvement compte plus de 170 villes dans le monde, dont 8 en France (Segonzac, la Bastide d’Armagnac, Mirande, Créon, Blanquefort, St Antonin Noble Val, Grigny, Valmondois). Adhérer à l’association, c’est adopter la philosophie du bien vivre. Pour Giorgio Bonacci, membre du comité français de coordination, il s’agit de « l’amélioration de la qualité de vie du village, au rythme de chacun ». C’est aussi un moyen pour les communes d’échanger entre elles sur des problèmes qu’elles rencontrent et les solutions qu'elles y ont apportées.
Loin de promouvoir un mode de vie opposé à la modernité, les « villes lentes » doivent respecter plusieurs conditions. Parmi la liste de soixante-dix critères, se trouve le besoin d’être équipé en fibre optique ou au moins d'offrir Internet sans fil. Pour adhérer au label, 50% des critères doivent être respectés.

Mr Mondialisation - “Donnez un masque à un homme et il vous dira la vérité” – Oscar Wilde




















Mr Mondialisation est un think tank informel et citoyen francophone à visée internationale. Son objectif principal est d’alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux de notre temps.
D’orientation résolument Humaniste, Mr Mondialisation se veut être une entité adogmatique, apartisan et hermétique aux théories qui ne soient pas motivées par la raison. Nos convictions nous poussent cependant à défendre les droits Humains et Universels mais également les “droits de la Terre”. S’il s’avérait nécessaire de placer ce personnage symbolique dans une mouvance intellectuelle, ce serait celle des Simplicitaires. Les Simplicitaires sont des Objecteurs de Croissance qui font le choix d’une vie simple, loin des sirènes de la société de consommation.
Mr Mondialisation postule à partir d’éléments factuels que l’objectif politico-économique de la Croissance résulte d’un dogme soumettant les institutions à des impératifs de productivité toujours plus élevés. C’est pourtant cette recherche de productivité intensive et déraisonnée qui est à l’origine d’une majeure partie de nos problèmes environnementaux et sociaux. Dès lors, l’outil de la croissance ne peut plus représenter à lui seul, selon nous, le bien-être d’une population déjà développée. Paradoxalement et jusqu’à un certain niveau de production, c’est le développement qui permet de combler les besoins essentiels d’une population. Nous alimentons donc la réflexion autour d’une autre manière de concevoir la société dans sa dimension productive et sociale tout en préservant un idéal de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.
source

A handmade life, In search of simplicity - WM.S. COPERTHWAITE


































"The main thrust of my work is not simple living - not yurt design, not social change, although each of these is important and receives large blocks of my time," he reflects in his book. "But they are not central. My central concern is encouragement - encouraging people to seek, to experiment, to plan, to create and to dream. If enough people do this we will find a better way."

Masanobu Fukuoka " Le but ultime de l’agriculture n’est pas la culture des récoltes, mais la culture et la perfection des êtres humains."


























Imaginez ce qu'est l'agriculture sans labours, fertilisants, herbicides chimiques, ni même sans compost ! Fukuoka a appris à ne pas demander l'impossible à la nature, et il obtient, en retour, des rendements incroyablement élevés. 

Au lieu de s'efforcer d'en faire toujours un peu plus, il a recherché le moyen d'en faire moins, de mettre fin aux travaux inutiles et, cependant, sa terre s'enrichit d'année en année. Il a réduit ses coûts, ses équipements et moyens techniques au strict minimum, pour s'en tenir à une économie indépendante propre à préserver un cycle naturel plus sain et plus équilibré. 

Il nous offre l'image stimulante d'une terre convenablement gérée, pierre angulaire d'un société de suffisance, de permanence et permettant l'auto-génération. Masanobu Fukuoka est une des rares personnes à avoir consacré plus de cinquante ans de sa vie à l'agriculture, considérée comme une voie d'accomplissement spirituel. 

Plus rare encore, en cette époque de spécialisation outrancière, est sa manière de saisir l'ensemble des relations réciproques, existant entre tous les aspects de la société humaine et de la nature. Célébré comme le "Lao Tseu des temps modernes" par ses compatriotes, pour sa sagesse paradoxale, il retourne aux sources mêmes des traditions agricoles, tout en étant à l'avant-garde de la civilisation postindustrielle. 

Il renverses les idées préconçues et les réductions rationalistes du monde, pour nous faire découvrir les racines d'un mode de vie saine et authentique, nous fournissant les preuves de la vérité qu'il avance, par sa pratique de l'agriculture.


Le bonheur au travail, un documentaire de Martin Meissonnier



























La crise économique touche le monde entier, mais dans ce magma de déprime, il existe cependant des entreprises où règne le bonheur. Aujourd’hui, le niveau d’éducation de plus en plus élevé et la révolution numérique changent la donne. Les salariés, formés et informés, ressentent vivement la frustration d’être considérés comme des pions au sein d’organisations qui peinent à s’adapter à une concurrence mondialisée ou dans un service public dont l’orthodoxie budgétaire impose sans cesse de nouvelles réductions d’effectifs.   Qu’y a-t-il de commun entre le Ministère de la Sécurité sociale belge, le géant indien HCL et Chronoflex à Nantes, leader en France du dépannage de flexibles hydrauliques ? Toutes sont des entreprises « libérées », des entreprises dans lesquelles les employés ont la complète responsabilité de décider ce qu’ils jugent pertinent pour effectuer leur travail.   Est-ce un rêve ou une réalité ? Dans ce film-enquête, nous suivons les salariés pour comprendre les recettes du bonheur dans les secteurs d’activités les plus divers et découvrir des solutions innovantes qui permettent de recréer la confiance, la liberté et la créativité dans le monde du travail.   Ces différentes histoires, positives et réjouissantes, mettent en avant certaines constantes : arrêt du système pyramidal, pratiques égalitaires, suppression des contrôles et des chefs, partage de l’information. Puissent-elles en inspirer d’autres…   

La Remise, Emprunter ses outils à la bibliothèque












Depuis plus d’un an, à l’initiative du collectif « Villeray en transition», une équipe de vingt citoyens travaille au développement d’un projet de bibliothèque d’outils qui sera appelée La Remise. La semaine dernière a été marquée par le lancement de la campagne de socio-financement dont l’objectif est de collecter 22,000$ d’ici le 15 mars!

MOOC Devenir Entrepreneur du Changement - Un MOOC, pourquoi ? Pour qui ? Comment ?
















HEC Paris et Ticket for Change présentent leur MOOC « Devenir entrepreneur du changement »: un cours en ligne gratuit, ouvert à tous, et diffusé massivement.
Il pour objectif d’inspirer les personnes qui veulent avoir un impact positif dans la société, en leur apportant le déclic nécessaire pour passer de l’envie à l’idée, puis de l’idée à l’action.
Tenez vous prêts à vivre une expérience pédagogique unique de 7 semaines, avec des contenu inédits, aux côtés de 20 000 autres participants, pour réveiller votre potentiel et devenir acteur du changement !

source

"Inspirer, respirer", le magazine de Ticket for change

source

La vie des idées , les grands enjeux de notre temps, sous la forme d’essais approfondis, d’interviews et de discussions publiques.





























Coopérative intellectuelle, lieu de débat et atelier du savoir, La Vie des Idées veut être un réseau de compétences qui dépasse les frontières géographiques et croise les champs disciplinaires, tout en cherchant à rester accessible au plus grand nombre.

source

voyageur du temps, Los Altos bakery













We believe in preserving the timeless values of craftsmanship, so we take care when folding a new and playful spirit into methods proven by generations. Where past and present intersect, we see beauty. This is a voyage worth taking.

Frenchie, sortir de la cuisine pure, aller vers une expérience plus totale, « Whatever you want ».


Au-delà de la cuisine, Gregory Marchand veut mettre l’accent sur l’architecture de son restaurant, et sur l’architecte, Emilie Bonaventure, sur son coutelier corse, son producteur d’asperge ou de vin jaune. « Je découvre aujourd’hui que c’est compliqué pour les gens de comprendre notre démarche s’ils n’ont qu’un élément du tableau. L’expérience globale du restaurant, c’est ce que je voudrais montrer sur le Scène salé au festival en mars, et aller au-delà de la cuisine pure. » 

un livre ce n'est pas qu'une voix qui vous parle mais c'est aussi une oreille qui vous ecoute

Graines de vie, "lorsque les lois sont injustes et nous incitent à agir de la mauvaise manière, il est du devoir de chacun de refuser ces lois et de continuer à mener des actions justes" Vandana Shiva
















Parce que le constat des pertes de ressources est redoutable, 75% des espèces comestibles ont disparu en moins d’un siècle. (chiffres ONU – FAO).
La disparition des savoir-faire et la standardisation industrielle ont appauvri notre nourriture, au point qu’il faudrait manger 26 pêches d'aujourd'hui pour retrouver la valeur nutritionnelle d’une pêche de 1950. De même les variétés de pommes d’autrefois contenaient jusqu’à 100 fois plus de vitamines que certaines de nos variétés modernes*.
En libérant et en démocratisant les savoir-faire liés à la reproduction et à la conservation des semences potagères et fruitières traditionnelles nous pourrons :
Former des ambassadeurs de la biodiversité au Conservatoire de Sainte-Marthe et d’Intelligence Verte (en bio depuis 1969).
Créer un programme pédagogique vidéo en ligne, accessible à tous gratuitement.
Sauvegarder et multiplier 150 variétés anciennes par notre réseau de reproducteurs.

réintroduction des loups dans le parc de Yellowstone, "le transfert en cascade", un cercle naturel vertueux.































source

Les camions trinqueurs à Vieille Toulouse

























source

"L’agriculture biologique n’est pas une fin en soi ". La bio entre business et projet de société de Philippe Baqué







"L’agriculture biologique n’est pas une fin en soi. Elle s’inscrit dans un mouvement général basé sur le respect de l’humain et de la nature. On assiste à une querelle d’experts, pour savoir si l’agriculture biologique pourra nourrir ou non la planète en 2050. L’agriculture biologique ne pourra pas nourrir la planète si nous ne changeons pas de système politique. Si nous n’arrêtons pas le transfert massif de populations paysannes vers les bidonvilles des mégalopoles. Si nous n’arrêtons pas de transformer leurs terres en monocultures industrielles destinées à nourrir les élevages des pays riches ou les véhicules. Si nous ne sortons pas de ce capitalisme financier, le plus sauvage à avoir jamais existé. La bio doit nous amener à envisager une société beaucoup plus juste que celle dans laquelle nous vivons. Il existe aujourd’hui un mouvement social diffus et encore peu organisé, mais porteur d’un nouveau projet de société, à l’instar de la lutte du Larzac ou celle de Notre-Dame-des-Landes. Une agriculture biologique ne peut être que paysanne. Si elle est livrée à l’industrialisation, elle ne fera qu’accélérer la disparition du monde paysan."

source